Tous à pied
Chemins des Écoliers
Projet

Chemins des Écoliers

Enfants, nous sommes tous des écoliers… Mais où que soit située l'école, il n’est pas toujours aisé de s’y rendre à pied. Quel chemin emprunter ? Comment se sentir en sécurité ?

Service : Formations Adultes et Enfants Publics : Enseignant, Pouvoir public Thématiques : Aménagements, Marche utilitaire, Mobilité, Scolaire, Sécurité routière

Pourquoi ?

L’objectif du projet Chemins des écoliers est de permettre aux enfants d’aller à pied à l’école via un maximum d’itinéraires piétons sécurisés (chemins, venelles, trottoirs…) afin de lutter contre les problèmes de mobilité scolaire (embouteillages, pollution aux abord des écoles, stress…). À travers ce projet, nous les encourageons à devenir acteurs de leur mobilité. Notre ambition est de favoriser l’éducation pour et par l’environnement, stimuler et soutenir les propositions concrètes des enfants et de l’école dans son ensemble.

Pour qui ?

Ce projet est proposé aux écoles primaires (enseignement spécialisé inclus), plus particulièrement aux classes de la 4e à la 6e primaire. Le projet s’étale sur une année scolaire.

Un comité de suivi composé du corps enseignant (au minimum : enseignant de la classe porteuse et direction), de la commune (échevins, conseiller en mobilité, éco-conseiller…), de la police, du comité de parents et d’associations locales, est aussi mis en place.

Comment ?

En Wallonie, le projet est subsidié par la Région Wallonne, cellule EMSR. À Bruxelles, projets subsidiés par Service public régional de Bruxelles – Bruxelles mobilité.

Il se déroule en 7 étapes.

Si vous souhaitez le réaliser à la carte, c’est possible sur fonds propres.

  • Tous à Pied réalise une série d’animations avec une classe ambassadrice du projet. Les animations sont basées sur une pédagogie expérientielle (informer/sensibiliser, expérimenter/pratiquer et transmettre/communiquer) et mettent en avant la responsabilité vis-à-vis des autres, de l’environnement et du patrimoine local. Nous abordons les thématiques telles que la mobilité active, la sécurité routière (axée piétons), la lecture de cartes, l’analyse critique d’une situation, l’orientation dans l’espace, au besoin la biodiversité local sur un chemin, etc.
  • Les enfants réfléchissent et proposent des solutions. Ils contribuent à déterminer ce qui doit être amélioré en terme de mobilité active et sécurité aux abords de leur école. Ce sont eux qui proposent des solutions au Collège communal pour surmonter les difficultés et c’est aussi eux qui présentent le projet à l’ensemble de l’école. De son côté, le comité de suivi réalise un travail identique.
  • Au printemps, quinze jours sont consacrés à tester ces solutions, à se les approprier, à les évaluer afin de  pérenniser le projet.
  • Les solutions proposées aux écoles le sont au cas par cas selon la localisation, les problèmes rencontrés et les possibilités de terrain. Les propositions tiennent compte des savoirs et des besoins des acteurs locaux : élèves, équipe pédagogique, direction de l’école, parents, riverains et commune.

Exemples:

  • mise en place de « Pédibus », rangs qui permettent aux élèves de venir ou repartir en groupe ;
  • balisage d’un ou plusieurs itinéraires sécurisés permettant de rejoindre l’école ;
  • création de points « dépose-minute » sécurisées, situées à moins de 1km de l’école ;
  • proposition d’aménagements permettant de sécuriser les abords de l’école : barrières, plateau ralentisseur, plantation d’une haie, rehausser le trottoir, modification du marquage au sol, éclairages, parking pour vélos…

 

Personne de Contact

Articles liés

FAQ liées