Tous à pied
Les villes en zone 30
Article | News | Non classé |

Les villes en zone 30

Service : Formation et information Publics : Particulier, Piéton, Pouvoir public Thématiques : Marche utilitaire, Sécurité routière

À moins de vous être coupés du monde

(et bon vu le contexte, on ne pourrait pas vous en blâmer), vous n’avez pas pu louper le passage de notre belle capitale en zone 30.  Et chez Tous à Pied, nous trouvons que c’est une plutôt une top nouvelle et on vous explique pourquoi.

Commençons par un petit flashback, début 2020, 130 pays ont ratifié la Déclaration de Stockholm.
C’est LE nouveau programme mondial de sécurité routière à l’horizon 2030.
La déclaration comprend un engagement à limiter la vitesse à 30 km/h dans toutes les zones où piétons et cyclistes partagent la chaussée avec la circulation motorisée.

Mais certains n’ont pas attendu cette déclaration

pour mettre en œuvre cette mesure, allez hop, petit tour en Europe :

PONTEVEDRA, Galice nord-ouest de l’Espagne, 53 000 habitants
Pionnière en priorisant fortement les déplacements piétons, dès 1999. En 2010, la Municipalité a décidé que la vitesse maximum en ville serait le 30 km/h pour toute la zone, sans exception à 50, y compris sur les axes structurants.

GRAZ, sud de l’Autriche, 310 000 habitants
Il y a plus de 25 ans, elle est la première ville européenne à être passée au 30 km/h généralisé à 80% des axes.

LORIENT, ville française, 57.000 habitants
Depuis 2005, 98% du réseau est à 30 km/h et elle a obtenu le label de « ville prudente ».

GRENOBLE, France, 450 000 habitants
Depuis 201, 43 des 49 communes sont passées au 30 km/h.

OK c’est cool mais concrètement, à quoi ça sert ?

Et bien, la zone 30 est un outil qui permet :

  • De modérer la circulation automobile
  • D’améliorer la sécurité du trafic et de tous les usagers présents
  • D’améliorer la qualité de vie en ville et dans les villages

Comment ?

L’abaissement de la vitesse de 50 à 30 km/h permet de réduire le risque d’accidents pour les raisons suivantes :

  1. Une distance de freinage réduite :  À 30 km/h, il est possible de s’arrêter sur 13 m.  À 50 km/h, cette distance de freinage est doublée.
  2. Des accidents moins graves : À 50 km/h, le taux de probabilité qu’un piéton soit tué est de 70 %, équivalent d’une chute du 3ème étage.  À 30 km/h, ce taux tombe à 10%, équivalent d’une chute du 1er étage
  3. Meilleure vision du conducteur : Plus la vitesse de conduire est élevée, plus le conducteur regarde loin devant.  À 50 km/h le conducteur concentre son regard sur la route. À 30 km/h, son champ de vision est élargi : il peut aussi observer les abords de la chaussée et remarquer ce qui s’y passe

Cette réduction de la vitesse favorise la cohabitation et la convivialité :

  1. La communication entre les usagers est facilitée car le contact visuel est plus aisé.
  2. Une vitesse réduite permet des aménagements plus conviviaux : trottoirs plus larges, plantations, installation de mobilier urbain.
  3. La pollution sonore est réduite : en passant de 50 km/h à 30 km/h, on arrive à diminuer le bruit de 3 à 4 décibels. Cela correspond à une diminution de moitié de l’intensité sonore
  4. Les émissions polluantes et parfois même la consommation d’essence sont également revues à la baisse. Les meilleurs effets sont obtenus lorsque les conducteurs adoptent une conduite à la fois régulière et à bas régime
  5. Les enfants, les personnes âgées et les personnes à mobilité réduite gagnent en autonomie car ils peuvent se déplacer plus facilement dans des rues où la circulation est apaisée. Une étude anglaise (London University) indique que les enfants ont des difficultés à évaluer la trajectoire et la vitesse d’une voiture qui roule à plus de 40 km/h.

Ils l’ont fait

  • Lille (Hauts de France) 233 098 habitants : depuis août 2020, la ville est passée à 30 km/h sur 88% de son territoire.
  • Nantes 6e ville de France : (presque) toute la ville est en zone 30 depuis août 2020.
  • Bilbao devient la première ville au monde, avec une population de plus de 300 000 habitants à établir le 30 km/h sur l’ensemble de son territoire urbain, en septembre 2020.
  • Palma de Majorque 420.000 habitants : la ville est passée en zone 30 sur 90 % de ses routes depuis octobre 2020
  • Washington D.C. (702 000 habitants) : 70% de son réseau est passé à 30 km/h en une fois, le 1er juin 2020.
  • Région Bruxelles Capitale (1250 000 habitants) : depuis le 1er janvier 2021, 90% de son réseau est passé à 30 km/h.
  • Fribourg (38 500 habitants) : mi 2021, 75% de son réseau passera à 30 km/h pour lutter contre le bruit routier.
  • Wavre (34 305 habitants) : en juin 2020, l’hypercentre est passé en zone 30km/h

Et nous nous réjouissons d’autres initiatives futures qui suivent la même direction :

L’Espagne passera au 30 km/h généralisé le 12 mai 2021 : un décret royal qui réduit la vitesse de 50 à 30 km/h sur les rues à une voie ou à une seule voie par sens de circulation, qui sont majoritaires dans les villes espagnoles (par exemple, 80 % des routes à Madrid mais 100% dans les villes petites et moyennes)

Aux Pays-Bas, le 30 km/h sera la norme sur toutes voiries urbaines.  En effet, une majorité à la Chambre des représentants a approuvé le 26 octobre 2020 un plan visant à introduire une limite standard de 30 km / h dans les zones bâties, au lieu de 50 km / h qui représente actuellement la norme.

La Ville 30 sauve des vies, rend plus agréable le cadre de vie des habitants. Vive les Villes 30 !

Petite vidéo sur le sujet (à regarder en plein écran 🙂 )