Tous à pied

Les chemins et les sentiers sont des voies idéales pour les déplacements doux et par là même, des outils de transfert modal.

Depuis des années, il y a un nouvel intérêt croissant de la population pour les chemins et sentiers notamment pour les déplacements quotidiens. Il existe en effet au sein de la population une prise de conscience des limites du « tout à la voiture » : engorgement du réseau, pollutions sonores et de l’air, changements climatiques… La population est demanderesse de voies appropriées pour se déplacer autrement, et notamment à pied et à vélo. Ces modes de déplacements doux présentent de plus d’avantages en termes de santé publique ou encore d’autonomie des enfants et des non-motorisés.

De nombreuses communes désirent répondre à cette attente et offrir à leurs habitants la possibilité de se déplacer autrement. Elles sont de plus en plus nombreuses à être conscientes des multiples intérêts de développer un réseau adapté aux déplacements doux. Malheureusement, l‘expertise et les disponibilités manquent pour répondre aux attentes, tant la matière peut s’avérer complexe et la tâche lourde.

L’objet de l’association Sentiers.be est le (re)déploiement d’itinéraires doux en site propre (chemins et sentiers), leur promotion et leur protection. Son expertise en la matière et son expérience de terrain sont avantageusement mises à la disposition des communes, de la Région Wallonne ainsi que de la population.

L’association est née dans le cadre de l’étude et de la réalisation des liaisons intervillages pour les non-motorisés dans l’Entre-Sambre-et-Meuse.

En 2009, l’association a réalisé l’inventaire complet des chemins et sentiers du Parc Naturel de la Vallée de l’Attert et y a proposé des liaisons intervillages.

Entre 2010 et 2014, grâce à la subvention du ministre ayant la mobilité dans ses compétences : Tous à Pied a proposé à neuf communes (Amay, Chaudfontaine, Colfontaine, Marchin, Modave, Namur, Nandrin, Ohey, Yvoir) de participer au projet : « Réseau communal de mobilité douce ».

En 2013, Sentiers.be réalise un inventaire et un projet de réseau de mobilité douce pour la ville de Waremme, en 2014 le même travail est entrepris pour la ville de Wavre et en 2015 pour la commune de Jemeppe-sur-Sambre.

Le projet a reçu en 2013 deux distinctions grâce au concours de la commune de Chaudfontaine, une mention spéciale du jury lors de l’élection de la « commune la plus durable de Belgique » (Une vidéo présentant le projet peut être consultée sur Youtube) et le prix belge de l’énergie et de l’environnement 2014 : Ville/commune – public sustainable development award.

La réalisation d’un « Réseau communal de mobilité douce » se déroule en plusieurs étapes.

La cartographie filaire de la situation existante de droit

Atlas
Cartographie filaire

L’analyse de la situation existante de droit consiste à cartographier l’ensemble des voiries publiques (accessibles ou non sur le terrain) en y intégrant différentes caractéristiques juridiques comme par exemple le statut de la voirie à l’Atlas de 1841, son statut actuel, les propriétaires publics de l’assiette…

La cartographie filaire de la situation existante de fait

L’étape d’inventaire de terrain va permettre de connaitre l’état de tous les chemins et sentiers et d’en relever leurs caractéristiques propres. Cette étape sera également l’occasion de repérer les caractéristiques environnementales, patrimoniales des chemins et sentiers inventoriés. Tous à Pied travaille le plus possible avec les bénévoles durant cette étape afin de les intégrer le plus tôt possible au projet.

Inventaire cartographique
Inventaire cartographique

Réflexions autour de la mise en place de liaisons inter-villages et itinéraires intra-urbains

© Sentiers.be
Etude de l’emplacement de la signalétique

En nous basant sur l’inventaire de droit et de fait de la petite voirie, et en concertation avec la commune et la population, nous travaillons à mettre en place des itinéraires qui auront pour objectif principal de créer un réseau adapté prioritairement aux déplacements utilitaires. Ils viseront donc à relier le plus directement possible un point à un autre tout en gardant à l’esprit l’aspect sécurité.

En effet, nous privilégierons l’élaboration d’un réseau en site propre qui s’appuiera principalement sur les chemins et sentiers existants. Mais ce réseau servira également à la mobilité de loisir (promenade en famille, jogging, etc.) et la renforcera l’offre touristique de la commune, en faisant découvrir le patrimoine communal !

Mise en place d’un balisage directionnel

© Sentiers.be
Balisage directionnel

La signalisation constitue un élément indispensable à la mise en œuvre d’un projet de réseau de mobilité douce, car elle en assure la visibilité et la promotion. Cette étape consiste donc à étudier et proposer l’emplacement d’une signalétique appropriée. Outre le balisage directionnel, nous privilégions de matérialiser certaines « portes d’entrée » sur le réseau, notamment au départ de sites propres aménagés et réservés aux usagers doux.