L’expertise de terrain des femmes et hommes qui vivent sur un territoire est indispensable pour mener des projets ancrés dans les problématiques locales. C’est donc conscient de cela que Tous à Pied cherche dans chacune de ses missions à intégrer la réflexion des citoyens.

Récemment, dans une démarche de réflexion globale sur la mobilité, la Ville de Mons souhaitait agir en faveur de la marche quotidienne et mettre en avant les piétons. Dans un premier temps, la volonté était d’analyser l’accessibilité piétonne de la grand-place de Mons avec comme lieu de référence l’hôtel-de-ville. Il s’agit en effet d’un endroit central et stratégique de la ville qui attire de nombreux piétons. De plus, en choisissant ce lieu, le périmètre du diagnostic allait couvrir une grande partie de l’intra- muros montois, où un processus de revitalisation est en cours.

Tous à Pied a ainsi été chargé d’analyser la situation existante grâce à son nouvel outil que constitue le “ diagnostic Apié ”. Il s’agit d’un diagnostic détaillé de l’accessibilité piétonne à un pôle générateur de déplacements (service, commerce, école, etc.). Il permet d’obtenir une vision globale des problèmes d’accessibilité piétonne et de marchabilité des voiries dans un rayon prédéfini (800 mètres, soit environ 10 minutes de marche) pour ensuite proposer des pistes stratégiques de réaménagement de la zone en faveur des piétons, et plus largement en faveur de l’altermobilité.

Afin d’avoir une meilleure approche de terrain, Tous à Pied et la Ville De Mons ont décidé de faire appel aux citoyens. Nous avons ainsi réalisé des marches exploratoires dont le but était de receuillir l’avis des participants sur l’hospitalité des espaces publics aux piétons et entendre leurs besoins et attentes.

Tout d’abord deux marches grand public furent organisées lors de la semaine de la mobilité et plus précisément le dimanche sans voiture à Mons. Lors des deux parcours, plusieurs points d’arrêts été prévus afin d’entendre les remarques des participants.

Et de nombreuses propositions sont ressorties comme par exemple, élargir les trottoirs dans certaines rues pour donner plus d’espace aux piétons, limiter la circulation et la vitesse des voitures, éviter de créer des obstacles pour les piétons en gérant mieux le ramassage des poubelles, favoriser l’art urbain, ou encore installer plus bancs pour se reposer.

Le lundi 28 octobre à 19h, une douzaine de femmes se sont regroupées pour participer à deux marches exploratoires ciblées sur leur ressenti le soir dans l’espace public, avec comme constat que certains quartiers, ruelles, rues ou parcs préfèrent être évités à cause d’un sentiment d’insécurité trop important. “J’aimerais vraiment laisser tomber la voiture mais il y a des quartiers où c’est dangereux” déclare d’ailleurs une participante. Lors du passage dans le piétonnier montois, une autre nous dit qu’elle “préfère faire un détour par la Grand-Place. Dans ce piétonnier, on ne se sent pas forcément à l’aise car il n’y a pas grand monde ».

Au delà de ces observations, les participantes ont évoquées des attentes particulières comme l’amélioration de l’éclairage dans certaines rues, le besoin de contrôle social grâce à la présence d’activités diverses), la possibilité de prendre la fuite en cas d’agression, etc.

“Au lieu de critiquer, ces marches permettent d’être constructifs et de trouver des solutions ” nous avoue une citoyenne. Tous à Pied se réjouit donc que son nouvel outil de participation citoyenne fonctionne et compte bien le développer davantage et le proposer à d’autres communes désireuses d’amélioration la mobilité des piétons sur leur territoire

Retrouver le reportage sur : https://www.rtbf.be/info/regions/hainaut/detail_mons-des-marches-exploratoires-pour-ameliorer-la-vie-des-pietons-en-ville?id=10353582