Tous à pied
Piétons, cyclistes, cohabitons !
Article | Etude de cas | News |

Piétons, cyclistes, cohabitons !

Service : Information et Sensibilisation Publics : Particulier, Piéton, Pouvoir public Thématiques : Aménagements, Loisir, Législation, Marche de loisir, Marche utilitaire, Mobilité, Sécurité routière, Voiries

Même

si tous les piétons ne sont pas cyclistes, tous les cyclistes sont piétons.
En tant qu’usagers actifs, ils aspirent tous les deux à une ville plus calme, plus apaisée, leur permettant des déplacements sûrs, efficaces et agréables.

Il n’empêche que dans un certain nombre de situations, ces amis par nature, peuvent se retrouver en conflit.
Les cyclistes et piétons peuvent en effet cohabiter dans de nombreuses situations, il n’empêche que lorsque les flux des uns et/ou des autres deviennent importants, il est alors nécessaire que chacun puisse avoir sa place et que celle-ci soit prévue de façon suffisante afin de limiter les interactions entre piétons et cyclistes.

Quand les infrastructures

ne le permettent pas ou sont manquantes, il est alors nécessaire de rappeler les règles de partage de l’espace public. Les accidents semblent en effet rares mais ce n’est pas pour autant que le sentiment de sécurité doit être négligé. Des piétons qui se déplacent dans l’espace public doivent pouvoir le faire sans peur. Tout comme le cycliste n’aime pas de se sentir frôlé par l’automobiliste, le piéton n’aime pas se sentir frôlé par d’autres usagers. Sur les espaces partagés, piétons et cyclistes ne vivent pas les conflits de la même manière. “Au contraire des piétons, les cyclistes ne perçoivent pas les interactions comme problématiques : étant habitués à devoir être constamment attentifs dans le trafic, ils sont mieux préparés que les piétons à gérer les situations de conflit.” rappelle le rapport de Pro Vélo.

Retrouvez la contribution de Tous à Pied au Gracq Mag dans le dossier Espaces partagés – Comment bien cohabiter ? à partir de la page 14 (ps: vous pouvez aussi lire toutes les pages avant et après, c’est un super magazine)