Tous à pied
Les randonneurs anglais sont invités à sauver les sentiers historiques avant l'échéance de 2026.
Article | News |

Les randonneurs anglais sont invités à sauver les sentiers historiques avant l'échéance de 2026.

Service : Formation et information Publics : Particulier, Piéton, Randonneur Projets : Inventaire des Petites Voiries Publiques, Parrainer une petite voirie, Soutien aux Groupes Locaux Sentiers et Piétons Thématiques : Cartographie, Législation, Marche de loisir, Voiries

Les chemins perdus doivent être identifiés par le gouvernement avant la date limite pour être ajoutés au dossier officiel.

On estime que 10 000 miles (soit un peu plus de 16 000 km) de chemins ont été omis des cartes « définitives » de recensement établies par les conseils dans les années 1950.

 

Les randonneurs sont invités à identifier un maximum des 10 000 miles (soit un peu plus de 16 000 km) de sentiers historiques qui n’ont pas été recensés en Angleterre et au Pays de Galles et qui pourraient dès lors être perdus à jamais.

Tous les droits de passage doivent être identifiés avant la date limite de 2026 fixée  par le gouvernement, après quoi il ne sera plus possible d’ajouter les anciens sentiers au registre officiel.

Le groupe de marcheurs Ramblers invite les randonneurs, les historiens et les amateurs de cartes à utiliser son nouveau site de cartographie pour identifier les sentiers manquants.

L’outil en ligne divise la carte officielle en 150 000 carrés de 1 km afin que les utilisateurs puissent comparer les cartes historiques et actuelles côte à côte, repérer les différences et soumettre les sentiers manquants.

Une fois la carte dressée, l’association Ramblers recrutera des bénévoles qui feront des demandes de restauration de sentiers auprès des autorités locales avant la date limite.

Jack Cornish, directeur du projet déclare: « Nos chemins sont l’un de nos atouts les plus précieux. Ils nous relient à nos paysages – ce qui nous permet d’explorer nos villes à pied et d’apprécier les promenades à la campagne – ainsi qu’à notre histoire et aux personnes qui les ont formées au fil des siècles. Si nous perdons nos chemins, un peu de notre passé les accompagne. C’est notre seule chance de sauver des milliers de kilomètres de droits de passage et le temps presse ».

Certains chemins perdus sont toujours utilisés, d’autres sont devenus trop nombreux, mais tous ont été omis des cartes « définitives » de 140 000 miles de chemins que les conseils devaient établir dans les années 1950.

Certains randonneurs s’adressent déjà aux autorités locales pour faire reconnaître les sentiers perdus, mais la crainte est qu’il y en ait beaucoup plus que les 10 000 miles estimés par le gouvernement : une enquête menée dans les seules Cornouailles a identifié 3 000 sentiers tombés en désuétude.

Paul Howland a découvert un sentier perdu appelé The Markway, dans le Hampshire, qui se termine brusquement dans un sous-bois. Le chemin a été temporairement bloqué pendant la Seconde Guerre mondiale et lorsqu’il a été rétabli en 1956, il était envahi par la végétation et oublié. Paul a depuis calculé que dans sa région, deux demandes par semaine devraient être introduite pour enregistrer tous les chemins avant 2026.

En vertu de la common law anglaise, les droits de passage n’expirent pas, mais la loi de 2000 sur les zones rurales et les droits de passage (Countryside and Rights of Way Act 2000) exigeait que tous les droits de passage soient enregistrés. Les Ramblers demandent au gouvernement de prolonger d’au moins cinq ans le délai d’enregistrement des chemins historiques.

Par Patrick Barkham

Traduction libre depuis: https://www.theguardian.com/lifeandstyle/2020/feb/11/walkers-urged-to-help-save-historic-footpaths-before-2026-deadline