Tous à pied
La prime trottoir, solution miracle pour des trottoirs impeccables ?
Article | Etude de cas | News |

La prime trottoir, solution miracle pour des trottoirs impeccables ?

Service : Information et Sensibilisation Publics : Particulier, Piéton, Pouvoir public Thématiques : Marche utilitaire, Mobilité, Voiries

On les emprunte souvent

en sortant de son domicile mais ils sont tantôt absents, dégradés, réparés partiellement ou discontinus. Qui ne s’est jamais dit que les trottoirs mériteraient un meilleur traitement de la part des autorités ? On le sait, même si des efforts sont consentis depuis plusieurs années, la situation est loin d’être parfaite ! Or, les trottoirs se révèlent être indispensables dans certains cas où la cohabitation entre les différents usagers de la route est impossible. Il en va de la sécurité des piétons mais aussi de celle des automobilistes qui se retrouvent parfois face à des piétons circulant sur la chaussée dans des lieux inadaptés. 

Mais qui est réellement responsable des trottoirs ? La réponse n’est pas simple. En effet, si le trottoir appartient à la Commune ou à la Région, l’autorité en question doit entretenir et réparer celui-ci. Par contre, si le trottoir appartient à un riverain, il est tenu à ce que le bien qu’il a sous sa garde ne cause pas de dommage à des tiers. Il doit dès lors entretenir et réparer son bien. 

Pour agir sur cette problématique, de nombreuses initiatives de rénovation des trottoirs ont déjà été prises par les autorités concernées et des guides de bonnes pratiques existent. Néanmoins, dans ce domaine, les citoyens peuvent également être acteurs du changement dans certains cas. C’est d’ailleurs ce qu’a compris la ville de Charleroi avec la création de la prime trottoir !

Encourager les citoyens à devenir acteur

Dès 1996, la ville de Charleroi a décidé d’encourager les citoyens à rénover les trottoirs sur les voiries communales en instaurant une “prime trottoir”. Il s’agit d’une prime de 15 euros par mètre carré (augmentée récemment à 25 euros par mètre carré) octroyée aux riverains qui souhaitent réaliser eux-mêmes les travaux d’enlèvement du revêtement existant, les terrassements éventuels et la pose de matériaux neufs suivant les conditions fixées dans l’autorisation de voirie. 

Contacté par nos soins, le directeur des voiries de la ville de Charleroi précise que ce projet permet “dans la majorité des cas de réfectionner un trottoir dans les délimitations existantes au droit de son habitation pour des raisons individuelles (aménagement entrée charretière, rénovation de façade, embellissement …),  mais cadrées dans un esprit de continuité éventuelles par rapport au choix des matériaux et dans les voiries pour lesquelles l’administration n’a pas de projet de réaménagement à court terme”.

Cela permet donc d’inciter les citoyens à se mobiliser pour améliorer la marchabilité de leur rue et donc de travailler pour l’intérêt général des piétons.

Une prime facile d’obtention

La procédure d’obtention de la prime est en réalité assez simple. Il suffit de se rendre au service voirie de la ville qui accueille les candidats en leur expliquant les conditions techniques de réalisation des trottoirs (le cahier des charges en quelques sortes). Pour le cas des immeubles à appartement, la prime doit être demandée :

  • par le gérant ou le représentant légal s’il s’agit d’une copropriété avant la personnalité juridique, dans ce cas la prime sera versé au compte de la copropriété;
  • conjointement par tous les locataires ou propriétaires; dans ce cas, les demandeurs doivent désigner un représentant à qui la prime sera versée.

La ville de Charleroi veille bien entendu à ce qu’il n’y ait pas de discontinuités de trottoirs. “La grande majorité de travaux de voirie portait jusqu’à maintenant sur des travaux d’entretien et de rénovation de chaussée mais offrant la faculté, du fait de la présence d’une entreprise de génie civile, d’inviter à la réflexion le riverain sur l’opportunité d’intégrer leur demande individuelle” nous précise le directeur des voiries.

À la fin du projet, quand le trottoir est réalisé, le service voirie vérifie si les conditions ont bien été respectées pour liquider la prime. Il ne s’agit donc pas d’embellir le trottoir mais réellement de l’aménager correctement pour améliorer sa marchabilité. 

De nombreuses réalisations

Depuis le lancement, le nombre de demandes est estimé à une vingtaine par an sur le territoire communal de Charleroi.

La prime a récemment augmentée à 25 euros par mètre carré. Il s’agit d’un réajustement administratif à l’index des prix à la consommation.

Est-ce vraiment la solution miracle ?

La prime trottoir a le mérite d’être une bonne initiative pour faciliter la mobilité des piétons au quotidien, même si  cela concerne quelques réalisations ponctuelles. Elle se révèle être surtout un bon instrument de communication envers les citoyens en leur donnant la possibilité directe et concrète de se mobiliser. La solution n’est sans doute pas miracle mais elle mérite certainement toute notre attention et pourrait initier de nouvelles réflexions au sein d’autres communes belges. Un pas de plus pour remettre les piétons sur les devants de la scène !

.

.

.

Sources