Tous à pied
Ces villes qui aiment leurs piétons : La région de La Rhur
Article | Etude de cas | News | Non classé |

Ces villes qui aiment leurs piétons : La région de La Rhur

Service : Information et Sensibilisation Publics : Particulier, Piéton, Pouvoir public Thématiques : Aménagements, Biodiversité, Loisir, Marche de loisir, Marche utilitaire, Mobilité, Patrimoine

Le sujet de cet article porte en réalité plus sur une expérience personnelle que sur une recherche objective des aménagements réalisés dans la région de la Rhur, en Allemagne. Lors d’un voyage réalisé fin 2019, dans le cadre de ses études d’architecture du paysage, Ivan Hambenne (un de nos stagiaires chéris) a eu la chance de découvrir la région de la Rhurdont la vallée de l’Emscher notamment.  

Pour remettre le lieu dans son contexte, la région de la Rhur représente l’une des plus fortes concentrations industrielles au monde. Son passé industriel remonte à la seconde moitié du 19e siècle, avec une exploitation du charbon et un essor de l’industrie lourde, le tout à très grande échelle. 

Aujourd’hui, bien entendu, la situation n’est plus la même. Dans les années 80, la région la plus sinistrée (en raison de la guerre et de la présence des industries à l’abandon), était la vallée de l’Emscher. C’est alors qu’un grand projet de reconversion a eu lieu, à l’initiative du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie. La mise en valeur de cette culture post-industrielle a permis de renverser la tendance, de faire de lieux, jusqu’ici sinistrés, des pôles touristiques à grande valeur culturelle et historique. 

Mais concrètement, en quoi consiste ce renversement de tendance ?

L’originalité, se mêlant sans doute à la simplicité-même, fait du Emscher Park un exemple plus que parlant d’une reconversion post-industrielle. Lorsque l’on parle de rénovation de régions sinistrées, d’un projet de reconversion, ce qui nous vient peut-être à l’esprit dans un premier temps est la démolition, puis la reconstruction sur de nouvelles bases. Pourtant, si vous avez la chance de vous rendre dans la vallée de l’Emscher, soyez assuré que vous ne passerez pas à côté des nombreuses industries qui se trouvent presque de part et d’autre de votre champs de vision. 

Et de fait, toutes les installations industrielles qui étaient laissées à l’abandon il y a encore quelques années, ont été ouvertes au public après une série de vérifications de l’état des structures, des potentiels dangers d’accès, mais surtout de la création d’un réseau de cheminement qui permet de relier les différents points industriels ou paysagers de l’Emscher Park. Ce réseau, emprunté en plus grand nombre par les cyclistes étant donné la longueur de son tracé (quelques centaines de kilomètres), est par ailleurs tout à fait accessible aux marcheurs également.  

De mon côté, nous avions réalisé un entre-deux plutôt conciliant. Se déplacer à vélo pour se rendre d’une friche industrielle à une autre, et laisser celui-ci de côté une fois arrivés, pour explorer à pied, comme il se doit, les coins et recoins des structures métalliquesparfois de vrais labyrinthes à ciel ouvert, mais aussi des points paysagers, dont certains donnent vue sur une bonne partie de la région. 

Finalement, comment un lieu très industrialisé est rendu si attrayant ?

Comme on dit, le meilleur fut gardé pour la fin. À première vue, sans doute peu de personnes, peu de marcheurs entre-autres, se sentiraient attirés par une promenade au milieu d’un parc industriel. Et c’est là que les détails qui arrivent font toute la différence. D’une part, ce parc constitue un parcours de structures d’art, certaines pour le moins insolites, d’autres très impressionnantes. D’autre part, les installations sont vérifiées de temps en temps, pour éviter tout danger, mais il s’agit, pour plusieurs friches industrielles, du seul entretien réalisé, à proprement parler. Ce qui veut donc dire que la nature a libre cours de reprendre ses droits petit à petit. Aussi, ce que vous verrez ne sera pas qu’une suite de structures métalliques, mais bien le processus d’une végétation qui tend à coloniser tout ce qu’elle peut s’approprier. 

Alors si vous êtes un amateur de lieux insolites à explorer, si vous êtes un cycliste qui aime les nouvelles aventures, ou encore, si vous êtes un marcheur qui apprécie de voir comment la nature est capable de renaitre, même là où on ne l’attendait plus, je vous invite à faire cette petite excursion de quelques jours, le temps de pouvoir explorer à votre aise ce territoire que vous ne retrouverez sans doute pas ailleurs dans votre vie. 

Sources :