Tous à pied

Pourquoi ?

Pour une commune, entretenir son réseau de chemins et sentiers est une obligation légale et un travail important.

Pourquoi ne pas parrainer un ou plusieurs sentiers ? Par des petites actions citoyennes (telles que remplacer une balise ou un nettoyage), vous permettez à votre commune de se concentrer sur des travaux plus conséquents d’entretien et de remise en état et contribuez au maintien de la qualité du réseau des petites voiries. Par votre action, vous participer à la valorisation, la protection des chemins et sentiers.

Pour qui ?

Vous en tant que citoyen et habitant. Le référent local : c’est la personne relais pour tous les parrains. Il joue le rôle de courroie de transmission entre les parrains/marraines et le gestionnaire de la voirie. Il leur fournit le matériel nécessaire à leur travail (voir plus bas). Il n’est par contre pas responsable de la résolution des problèmes techniques. Il peut s’agir d’un employé communal ou d’un bénévole d’un groupe local (PCDN, groupe Sentiers…). Plusieurs fois par an une rencontre des parrains et intervenants est organisée afin d’évaluer le dispositif, de redistribuer les tâches (si nécessaire).
Vous n’êtes plus disponible ? Ce sera à votre référent le signalerez.
En tant que gestionnaire du réseau, la commune s’engage à apporter une réponse aux constats signalés par les parrains et à en informer le référent local. Souvent, ce rôle a parfois été délégué à l’Office du tourisme ou au Syndicat D’initiative. En concertation avec les parrains et marraines, une intervention plus importante peut être organisée. Par exemple, lors d’une action Semaine des Sentier.

Comment ?

Contactez votre commune pour voir si une telle initiative existe déjà. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez proposer un parrainage pour certaines boucles touristiques, certains itinéraires intervillages ou simplement sur des chemins et sentiers bien définis.

Si vous partez de zéro, n’hésitez pas à contacter Tous à Pied, nous vous aiderons et mettrons en contact avec des communes où le système fonctionne déjà.

Il est tout d’abord important de définir les rôles de chacun :

  • Le parrain ou la marraine: en pratique, le parrain (ou la marraine) d’une petite voirie s’engage à la parcourir plusieurs fois par an, à relever les problèmes constatés et à résoudre lui-même certains petits problèmes (remise en place d’une balise manquante, petit défrichage, ramassage de quelques déchets…). A vous d’adapter les rôles de chacun en fonction des disponibilités et envies de chacun. En cas d’arrêt de son activité, le parrain s’engage à le signaler à son référent local. La vérification des itinéraires et l’évaluation des problèmes doivent idéalement se faire au minimum deux fois par an : avril/mai (quand la végétation reprend ses droits) et septembre/octobre (après la haute saison). En période touristique, une vérification plus systématique du balisage est conseillée.
  • Le référent local: c’est la personne relais pour tous les parrains. Il joue le rôle de médiateur entre ce dernier et le gestionnaire de la voirie. C’est vers lui que se tourne les parrains pour demander le matériel nécessaire à son travail (voir plus bas). Il n’est pas contre pas responsable de la résolution des problèmes techniques. Il peut s’agir d’un employé communal ou d’un bénévole d’un groupe local (PCDN, groupe Sentiers…). Il organise une ou plusieurs fois par an une rencontre des parrains et intervenants afin d’évaluer le dispositif, de réorganiser (si besoin) le parrainage.
  • Le gestionnaire du réseau: il s’agit de la commune. En pratique, ce rôle a parfois été délégué à l’Office du tourisme, au Syndicat D’initiative. Le gestionnaire s’engage à apporter, dans un délai raisonnable, une réponse aux constats signalés par les parrains et à en informer le relais local, qui est sa personne de contact. En concertation avec les parrains et marraines, une intervention plus importante peut être prise en charge par ces derniers. Par exemple, lors d’une action Semaine des Sentiers.

Pour bien encadrer le parrainage, la commune mettra à disposition des parrains et marraines différents documents et du matériel de travail:

Documents

  • Une carte reprenant le tracé de l’itinéraire ou de la voirie à parrainer. Cette carte devra notamment reprendre la localisation des balises.
  • Un document reprenant le contenu et la numérotation des balises
  • Un formulaire type pour le rapport d’évaluation des balises et de l’itinéraire.
  • Un document reprenant la méthodologie de travail et les contacts nécessaires

Matériel

  • Balises de rechange.
  • Chasuble, sac-poubelle…
  • Du matériel plus conséquent (sécateur, gants…) peut peut-être offert lors d’une tombola, après X mois de parrainage.

Réunions annuelles

Proposée par le référent, cette rencontre sera l’occasion de :

  • rencontrer les autres parrains et marraines
  • faire une évaluation du travail et proposer des améliorations, résoudre des problèmes
  • réfléchir à un calendrier (des activités à faire, auxquelles participer…)
  • remettre les documents de travail

 

Personne de Contact

Personne de Contact

Boris Nasdrovisky

FAQ liées

  • Comment puis-je connaître le statut d'un chemin ou d'un sentier ?

    Étape 1 : Vous rendre au service urbanisme de votre commune pour consulter l’atlas des voiries vicinales et vérifier si le chemin ou le sentier y est inscrit.

    Étape 2 : Si c’est le cas, vérifier s’il n’a pas fait l’objet d’un déplacement ou d’une suppression officielle. En cas de doute, vous pouvez aussi vous rendre au Service Technique Provincial pour affiner les recherches. Si ce n’est pas le cas, essayer de savoir si ce chemin ou ce sentier est repris comme voirie communale non reprise à l’atlas des voiries vicinales (ce que l’on appelait « voirie innomée » avant le décret relatif à la voirie communale du 6 février 2014).

    Étape 3 : Si ce n’est ni l’un, ni l’autre, il reste une possibilité de voir le chemin ou le sentier prendre un caractère public à partir du moment où il a été utilisé pendant plus de trente ans (prescription acquisitive prévue dans le cadre des articles 27, 28 et 27 du décret relatif à la voirie communale). Voir à ce sujet : « Créer, modifier et supprimer des voiries communales par l’usage du public ».

  • Qui doit entretenir les chemins et sentiers publics ?

    De manière générale, l’entretien des chemins et sentiers vicinaux incombe aux communes. Certaines voies font exception, celles-ci sont stipulées dans les annexes des Atlas des chemins et sentiers vicinaux. Pour les dégradations exceptionnelles, une remise en état ou une participation aux frais de celle-ci peut être exigée auprès des responsables de la dégradation.

  • F45b: Quelle est la législation qui autorise la modification d’un panneau F45 en F45b ?

    La législation permettait déjà implicitement de modifier le symbole du panneau F45 en fonction de la configuration concrète des lieux via l’article 12.12 du Code du gestionnaire.

    La loi du 10 juillet 2013 (publiée le 8 août 2013 au Moniteur) a officialisé cette situation en créant, en son article 2, le signal F45b, qui signifie : « voie sans issue, à l’exception des piétons et des cyclistes ». Celui-ci est inséré dans l’article 71 de l’arrêté royal portant sur le règlement général sur la police de la circulation routière. La loi précise également, en son article 3, que le gestionnaire de voirie est libre d’adapter le signal F45b pour expliciter chaque situation locale en la matière.