Tous à pied

Historique sentiers

Les chemins et sentiers, ont au quotidien, un intérêt pour la mobilité, pour les loisirs et pour le patrimoine 

Ils offrent de nombreuses opportunités de découvertes de la nature et de la biodiversité.

De nombreux milieux (diversifiés) parfois au cœur d’espace naturel, sont associés aux sentiers, de la terres ou roches nues, zones humides, haies, talus, bande fauchée,

Ce sont aussi des voies privilégiées pour découvrir le paysage et ses trésors naturels.

Toutes ces qualités en font un bien inestimable qu’il est nécessaire de préserver et redéployer.

Les chemins sont souvent un témoin d’époque et de pratiques séculaires qui ont façonné notre paysage. Anciennement les chemins étaient bordés de Haies qui contenaient le bétail sur les chemins ou dans les prés de fauches

Ces pratiques ont peu évolué pendant des siècles, pas plus que le tracé de ces sentiers : il n’y a pas deux façons d’aller au plus court d’un endroit à un autre. L’auto-entretien du sentier par le passage continu était très efficace ; tant qu’il était emprunté, sa subsistance était assurée.

Voilà maintenant de nombreuses décennies que les déplacements pédestres ont largement décliné. Et que nombre de sentiers étroits, munis de passe-clôtures ou de gués, ne sont pratiquement plus utilisés. Ailleurs, le remembrement, les changements d’affectation du sol, l’usage de nouveaux équipements, la prédominance de la propriété privée sur l’intérêt général, ont aussi été les prétextes pour supprimer, labourer ou barricader, légalement ou non, des tronçons

Pourtant, même abandonnés depuis longtemps, les sols piétinés, compactés, lessivés pendant des décennies laissent une trace visible : un léger creux dans le terrain où s’engouffre les eaux de pluie, un arbre aux dimensions remarquables perdu dans les broussailles, etc.

De nombreux paramètres vont bien entendu influencer le potentiel de biodiversité d’un sentier ou d’un chemin : type de revêtement, socle géologique, largeur de l’assise, diversité des milieux traversés, sinuosité du tracé, profil encaissé ou non, types et fréquence d’utilisation, mode de gestion, continuité et connexion avec d’autres chemins, etc.

Source :
Article magazine TAP et ardenne et Gaume