Tous à pied

Echelle à poissons

Les échelles à poissons également appelées passe à poissons, peuvent prendre différentes apparences, artificielles ou intégrées à l’environnement et se reconnaissent souvent car elles ressemblent à des escaliers avec des sortes de marches surplombées d’un petit bassin de récupération pour que le poisson puisse économiser ses efforts. Parallèlement, il existe aussi des ascenseurs à poissons pour les plus gros barrages qui fonctionnent en attirant les poissons dans un bassin qui est ensuite élevé ou abaissé et puis qui les relâchent en amont ou en aval du barrage. Ces aménagements réalisés par l’homme permettent aux poissons amphihalins (qui au cours de leur migration passent d’un milieu composé d’eau salée comme les mers et les océans à un milieu en eau douce tel que les cours d’eau) de surmonter les obstacles anthropiques présents sur les cours d’eau dont le dénivelé est trop important pour qu’ils les franchir, tels que les barrages ou les seuils. Les espèces de poissons amphihalins les plus courantes sont : les saumons, les anguilles et les esturgeons.

Ces aménagements sont essentiels pour les poissons pour lesquels la migration constitue une étape nécessaire à leur cycle de vie (pour frayer notamment), c’est pourquoi certains sont adaptés à des espèces bien spécifiques ou à des stades de croissance (par exemple : le tapis à civelles pour les jeunes anguilles). Sans ces constructions, de nombreuses espèces de poissons migrateurs seraient réellement menacées. Bien qu’elles soient rendues obligatoires par la loi dans de nombreux pays, elles ne sont pas toujours mises en place car elles représentent un coût important et nécessitent un entretien régulier.

Les premières passes à poissons ont vu le jour début du vingtième siècle où les populations de salmonidés se sont vues décliner et c’est en Belgique, par un certain Denil, que la première passe à poissons a été construite sur l’Ourthe à hauteur du barrage d’Angleur afin de tester son efficacité (1909). Depuis, ces derniers n’ont cessé d’évoluer pour s’adapter au mieux aux besoins des espèces de chaque cours d’eau.

Pour en savoir plus : Qu’est-ce-que la continuité écologique?

“La continuité écologique est définie comme la libre circulation des organismes vivants et leur accès aux zones indispensables à leur reproduction, leur croissance, leur alimentation ou leur abri, au bon déroulement du transport naturel des sédiments ainsi qu’au bon fonctionnement des réservoirs biologiques (connexions, notamment latérales, et conditions hydrologiques favorables).”

Sources :

Circulation des anguilles (observatoire-poissons-migrateurs-bretagne.fr)

Échelle à poissons — Wikipédia (wikipedia.org)

Les poissons migrateurs de la Dordogne | Les Gabarres Norbert