Du changement dans vos trajets à pied !

Six changements au Code la Route et concernant les usagers « actifs » viennent d’être publiés au Moniteur belge. Ils entreront en vigueur fin du mois de mai.

Voici donc ce qui vous concerne en tant que piéton.

Si un passage pour piétons est disponible à moins de 20m d’eux, les piétons sont obligés de l’utiliser. Avant, cette distance était de 30 mètres. Cette diminution de la distance est appréciée car 30 mètres de déviation à parcourir à pied c’était beaucoup. Les 20 mètres restent cependant encore élevés. D’une part on constate que  les passages piétons ne sont pas toujours judicieusement placés en fonction des lignes de désirs des déplacements piétons. De plus, une piste à étudier serait plutôt de privilégier le fait de pouvoir traverser à différents endroits de la voirie librement en fonction des besoins du piéton. Pour cela des mécanismes permettant aux piétons d’être respectés par les automobilistes et assurant que les automobilistes les ont vus doivent être mis en place. Si on convient de l’utilité des passages pour piétons sur les grands axes routiers, il faudrait idéalement pouvoir s’en passer dans les centres de villes et villages où la vitesse devrait être réduite. Actuellement la législation belge ne permet pas aux piétons d’être prioritaires par rapport aux automobilistes lors des traversées de voiries. Ce n’est pas le cas de la France où depuis 2010, lorsqu’un piéton s’engage ou manifeste de façon claire son intention de traverser, les véhicules doivent lui céder le passage et, au besoin, s’arrêter quel que soit l’endroit où se situe cette traversée, donc dans ou en dehors de passages piétons. Un retrait de 6 points sanctionne d’ailleurs le conducteur qui ne cède pas le passage aux piétons alors qu’ils sont engagés ou qu’ils s’apprêtent à traverser (Décret du 17 septembre 2018 / Source : Association Prévention routière). Une autre piste testée par nos voisins français permet aussi aux communes de matérialiser au sol une ligne d’effet, jusqu’à 5 mètres en amont des passages piétons, pour que les véhicules s’arrêtent sans gêner les piétons qui traversent (Source : Association Prévention routière).

Le feu vert intégral pour les piétons et cyclistes est adopté. Après une série de tests concluants réalisés à Anvers suite à de graves accidents, ce dispositif est étendu à l’ensemble de la Belgique. Concrètement sur un carrefour équipé de ce dispositif, lorsque le feu passera au vert pour les piétons et les cyclistes, ce sera dans toutes les directions en même temps. Plus aucune voiture ne pourra circuler dans le carrefour. La priorité sera ainsi donnée à 100% aux usagers actifs. Cette mesure déjà mise en place notamment en France est une bonne mesure d’un point de vue sécurité. En effet, les piétons ne seront plus confrontés aux voitures qui tournent à gauche ou à droite alors qu’ils sont en plein dans la traversée du passage piéton. Ce dispositif ne sera par contre pas mis en place de façon systématique à tous les carrefours existants et en devenir mais plutôt au cas par cas. Une autre piste à explorer serait la possibilité pour les piétons de traverser en diagonale dans les carrefours comme cela se fait déjà dans certaines grandes villes comme Tokyo, Los Angeles ou Londres.

Les trottinettes électriques peuvent désormais rouler à du 25 km/h au lieu de 18 km/h. L’objectif étant de donner de la puissance aux engins pour grimper plus facilement les côtes. À priori en tant que piéton vous n’êtes pas directement concerné car à cette vitesse, les trottinettes doivent circuler sur la route ou les pistes cyclables et sont donc interdites sur les trottoirs. En dessous de 5km/h, elles sont considérées comme « piétons » et peuvent circuler sur le trottoir. Reste cependant le souci du stationnement souvent anarchique des trottinettes qui gêne de plus en plus les piétons et notamment les personnes âgées, les enfants, les parents avec poussettes, les personnes en situation de handicap. Autre question donc où la législation progresse moins vite que la technologie avec pour preuve les mesures de sanctions prises par exemple par la ville de Paris en attendant la création de quelques 2500 places de stationnement dédiées aux trottinettes.

L’âge des cyclistes pouvant rouler sur les trottoirs est passé de 9 à moins de 10 ans. Si l’accès aux trottoirs doit être prioritairement laissé aux piétons, il nous semble que cet espace peut être partagé avec ces usagers particulièrement vulnérables que sont les enfants en apprentissage du vélo.

Enfin deux dernières mesures concernent uniquement les cyclistes. Pour doubler un cycliste, il faudra désormais laisser 1,50m au lieu d’1m entre le vélo et la voiture et les speed pedelec, les vélos électriques rapides, peuvent rouler à deux de front sur la chaussée.

By | 2019-05-31T10:03:39+01:00 31 mai 2019|Législation|